A la découverte des Dames de l'Aïkido Américain

Publié le 20 Septembre 2014

Interview découverte de Penny Bernath Sensei (6thdan)

 

Vous le savez, en dehors de mes betises habituelles de Kohaï je me sens investi de la "mission" de parler de nos pratiquantes. Personne ne m'a rien demandé et on me le reproche souvent (gentiment en général) mais je ne suis qu'un homme. C'est d'ailleurs souvent des hommes qui le disent.

Et bien quoi ? Faut il être une femme pour avoir le droit de parler des pratiquantes ? Devrais-je aller me rouler dans la testostérone plusieurs fois par jour afin d'être sur de ne plus voir ce qui blesse notre discipline ?

Ensemble, messieurs, posons nous la question qui fâche. Le monde de l'Aïkido est bourré de talent féminin. On le sait. Chacun peut en cotoyer autour de lui. MAIS alors, pourquoi est ce qu'on en parle peu ou pas, que diable ? Et pourquoi cela vous étonne qu'un kohai idiot en parle ?

Oui, je sais je radote. C'est devenu un genre de leitmotiv. Une espèce de marque de fabrique avec mon travail sur la joie de la pratique et l'ouverture bienveillante sur les multiples facettes de notre Aikido.

Au hasard de mes recherches, j'ai entendu/lu/vu quelques réponses éparses. On ne parlerait pas de nos pratiquantes...Parce que le japon serait sexiste et pivoilà. Parce qu'historiquement, l'Aikido est un milieu d'hommes et picétout. Parce que le monde des arts martiaux serait sexiste. Parce que c'est à ces dames de se mettre en valeur (si, si, on me l'a faite celle là). Parce qu'elles font rien qu'à nous imiter à pratiquer un Aikido d'hommes alors qu'elles sont dans l'erreur et devrait se mettre en quête d'autre chose, ce Kage-Aiki (Aiki Caché) perdu que la moitié de la terre n'est pas destiné à trouver (autrement dit, ce serait peine perdu pour 99,9% d'entre elles et c'est bien triste mais c'est comme ca ma bonne dame).

Ces réponses sont peut être satisfaisantes pour certains et j'ai accepté cette différence totale de vue mais vous comprendrez que pour moi, ca ne va pas du tout. Pardonnez moi, je ne peux pas me satisfaire de cela et je n'ai pas envie de voir des pratiquantes autour de moi se satisfaire de cela.

Après vous avoir fait découvrir (ou redécouvrir pour une majorité) Eléonore, Sophie, Marie, vous pensiez que j'allais m'arrêter ? C'est mal connaître le kohaï têtu que je suis.

Les dames dont je m'apprête à vous parler sont de vrais joyaux aux états unis et pourtant lorsque je vous parle de l'Aïkido outre-atlantique, tout le monde pense immédiatement et presqu'uniquement à Yoshimitsu Yamada Senseï ou Seeichi Sugano dans une autre mesure (qui est également la référence de l'Aïkido Australien, Malaisien etc...). Cependant, et bien que ces maîtres soient des références incontestées il existe aussi des maitres et shihan au féminin au pays de l'oncle sam. Et ces dames méritent également qu'on en parle et qu'on aille observer leur travail avec attention.

Prenons par exemple Penny Bernath (6th dan), Shidoin de l'Aïkikai de Floride. La vidéo que je vous propose est une petite interview très sympa de ce senseï qui a l'air d'avoir beaucoup d'humour, de simplicité, et de talent.

C'est un sensei que j'ai découvert par hasard et dont le travail me plait particulièrement.

On parle plus souvent de Peter Bernath (7th dan Aikido, Shodan Iaido) et shihan et membre du Collège Technique de l'USAF (Fédération d'Aikido pour les états unis), élève incontournable de Yamada Sensei et fondateur de l'Aïkikaï de Floride. Penny n'a rien à envier à son conjoint et est très très loin d'être "une femme de..." comme on dit souvent de façon péjorative. Elève de Steve House puis de Yamada, elle a également suivi l'enseignement de T.K Chiba sensei et Mitsunari Kanai sensei. Son expérience lui permet de diffuser l'Aikido à travers les états unis dans de nombreux séminaires.

Très investie dans l'éducation et la jeunesse, Penny Bernath est également la créatrice de KidVision VPK (diffusant des outils d'enseignement online à destination des enseignants et pour les très jeunes enfants).

J'ai été surpris et ravi de voir qu'elle bénéficiait (il faut le souligner) d'une médiation particulière sur l'excellent Aikido Journal, et vous pouvez également la découvrir sur cet article glané sur le site de CNN.

Pourquoi les pays Francophones dont la France, second pays de l'Aikido, ne peut il pas se targuer aujourd'hui de la même mise en valeur de ses pratiquantes ? De combien de Française Rokudan avez vous entendu parler, quelque soit le style d'Aikido pratiqué ? Combien de femme Rokudan donnent des séminaires en France et à l'international dont nous entendons régulièrement parler ?

Je doute très très fortement que nous manquions de pratiquantes de ce niveau ou équivalent afin de diffuser notre discipline alors que nous disposons d'un vivier plus important que celui des états unis.

Ne manquez pas non plus de découvrir si vous avez le temps Barbara Britton (6th dan), élève également de Mitsunari Kanai depuis 1978 et enseignant aujourd'hui à l'Aïkikaï de Framingham. Le style est différent, plus appuyé mais je sais qu'il trouvera ses admirateurs. J'ai également trouvé un intérêt particulier à l'observation de Coryl Crane (6th dan, shihan) et fondatrice du North County Aikikai, coauteur de l'ouvrage "Aikido Conversations in Drawings and Words”. Il parait même qu'elle donne quelques séminaires en Europe ET en  France. Le saviez vous ?

Enfin, je voudrais ajouter une mention spéciale pour Gloria Nomura Shihan (6th dan) fondatrice de l'Aikido Institute of San Fransisco. Si vous ne connaissiez pas ce sensei incroyable, ne faites surtout pas l'imprudence de passer à coté de son travail.

Je ne sais pourquoi mais j'ai trouvé quelque chose (comme avec celui de Yoko que j'ai déjà pu commenter). Un Aikido assez subtil mais suffisamment compréhensible pour faire écho chez moi, minuscule kohai en carton. J'ai une légère obsession des changements de rythme (quitte à en faire trop d'ailleurs...) lors du travail de contact et ce que j'ai pu observer chez ce sensei m'a profondément plu et convaincu à titre personnel. Nomura Shihan est, comme Didier Boyet sensei dont j'ai hâte de retrouver l'enseignement très bientôt, du Birankai de T.K Chiba Sensei mais garde aussi des connexions avec l'Aikikai.

Et que demander de plus Nomura Sensei enseigne aujourd'hui partout dans le monde ! De Mexico en passant par le Guatemala jusqu'à la France. C'est également comme Boyet Sensei une experte en Iaido ayant pu étudier elle aussi sous la direction de Chiba sensei et de l'incroyable Takeshi Mitsuzuka (8th dan de Iaido). Enfin, elle est aussi l'auteur de vidéos et d'ouvrages dont Aikido, Zen in the Martial Arts que je peine à me procurer.

Que dire de plus ?

Ne manquez pas de découvrir tous ces senseis via Women-in-Aikido (certains connaissent sans  doute mais qui est aller creuser ?) qui est, je le reconnais, le point de départ principal de toute cette enquête et des heures d'observation et de recherches que j'ai pu mener sur ces grandes dames.

J'ai vraiment découvert des trésors et des talents reconnus partout dans le monde alors pourquoi ne pas en parler d'avantage afin de leur démonter tout notre respect et notre admiration la plus profonde ?

 

Cours de Britton Sensei (6thdan) à l'USAF Summer Camp 2012.(source : Philllyaikidogal)

Gloria Nomura Shihan en action lors d'un séminaire à Grass Valley

Nomura Sensei lors d'un séminaire à Grass Valley Aikikai en 2007

Nomura Sensei lors d'un séminaire à Grass Valley Aikikai en 2007

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Vidéos

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article