Origines de l'Aïkido : La relation complexe entre Sumo et Daito ryu aïki-jujutsu

Publié le 14 Juillet 2019

Sokaku Takeda exécutant une forme de kata guruma, vers 1939 ; Source : Aikido Sangenkaï

Sokaku Takeda exécutant une forme de kata guruma, vers 1939 ; Source : Aikido Sangenkaï

Au regard de mes connaissances actuelles sur le sujet, je suis de ceux qui supposent que le daito-ryu aïki-jujutsu est très probablement un système élaboré par Sokaku Takeda et non une école traditionnelle (remontant au XIIe siècle pour les théories les plus répandues) rendue au grand public par un seul homme.

Bien entendu, la plupart de ceux qui partagent mon point de vue actuel ne sont pas ignorants au point de croire qu'il s'agit d'une création ex-nihilo mais bien d'un système complet issu d'une somme de connaissances détaillées dans d'autres cursus.

Dans mon essai sur l'origine des armes en Aïkido, je partage mes réflexions sur le Ono-Ha-Itto-Ryu en précisant notamment que "Sokaku Takeda était un escrimeur et un lutteur amateur de sumo bien avant d'être le célèbre maître de Daito Ryu". J'ai également évoqué dans ma chronique n°3 consacrée à Moriheï Ueshiba (bientôt disponible sur le site et éditée actuellement par Dragon Magazine HS spécial Aïkido) que "Sokichi Takeda, le père de Sokaku Takeda, était lutteur de sumo professionnel du rang élevé de ozeki 大関 selon certaines sources". Ajoutons à cela que Sokichi brûlait volontairement du moxa sur les ongles de son fils pour lui causer des blessures incapacitantes afin de l'empêcher d'aller combattre dans des compétitions de sumo.

L'ensemble de ces éléments laissent à penser que Sokaku Takeda possède donc un rapport extrêmement fort au sumo et que ce rapport a laissé une influence importante sur le daito-ryu aïki-jujutsu qu'il a, selon moi, développé ensuite. Tout comme l'escrime de l'Ono-Ha-Itto-Ryu, la proportion de ce rapport est difficilement définissable mais nous pouvons trouver différents éléments capables d'aider à y voir plus clair.

La vidéo en préambule de cet article rappelle quelques uns de ces indices essentiels au débat que je vais spécifier ici pour les non-anglophones :

- Takeda Tokimune, interrogé clairement sur l'origine de l'art de son père, répond que les origines du daito-ryu-aïki-jujutsu ne proviennent pas de son père mais du sumo.

-Takuma Hisa (élève à la fois de Sokaku Takeda et Moriheï Ueshiba) et Sokaku Takeda s'amusaient régulièrement à s'affronter dans des combats de Sumo dans les années 30 (dès 1936, Sokaku Takeda enseigne au journal Asahi).

-Sokaku Takeda était un grand amateur de sumo (comme sus-mentionné) formé par son père qui lui même était, selon toute vraisemblance, un lutteur professionnel de sumo.

La vidéo se poursuit ensuite afin d'engager une comparaison technique entre certaines techniques du sumo et celle du daito-ryu-aïkijujutsu. Sur ce dernier point, je ne peux que difficilement affirmer ou infirmer une quelconque ressemblance. Certains auteurs comme Emmanuel Betranhandy y voient d'ailleurs d'avantage une convergence évolutive qu'on constate sur une majorité de jujutsu ou d'arts martiaux utilisant le plus efficacement possible l'anatomie des deux adversaires.

Si je devais émettre une hypothèse finale, la lecture de ce rapport au sumo est très différente et s'explique selon moi par une volonté de masquer une  forme de pratique que Sokaku Takeda ne souhaitait pas enseigner à tous. Comme le dit Takuma Hisa lui même, dans un entretien extrêmement précieux et réalisé par Stanley Pranin en 1979 (vous trouverez une excellente version commentée par Guillaume Erard), l'ère Meiji a précipité bon nombre d'escrimeurs de talent sur les routes. De nombreuses professeurs proposent ainsi leurs services pour développer le potentiel martial du grand public, désormais exposé à des enseignements variés. Quelques années durant à partir de 1872, Sokaku Takeda reçoit d'ailleurs une solide formation aux armes au dojo jiki shinkage ryu du célèbre escrimeur Kenkichi Sakakibara. Le dojo de cette éminente personnalité devient également une plateforme où rencontrer des experts de haut niveau de toutes les écoles.

Lorsqu'il se lance dans le métier d'instructeur à partir de 1897, Sokaku Takeda, s'il voulait gagner de l'argent pour vivre, devait se consacrer d'avantage à diffuser ce que la concurrence ne proposait pas : à savoir une discipline efficace à mains nues. Ce sont très probablement les formes du Ono Ha Itto Ryu modifiées par rapport à ce qui est enseigné dans la branche mère de Sasamori sensei qu'il incorpora au cursus du Daito Ryu.  

Gageons d'ailleurs que cette discipline fut, selon moi, formée dans son rapport au sabre pour contrer ou neutraliser bon nombre de techniques d'épéistes.  Nous pouvons toutefois supposer que le jujutsu demeurait toujours en lumière par rapport au kenjutsu pour une excellente raison, celle du pragmatisme de son inventeur présumé.

Cela n'empêche en rien d'apprécier le visionnage de cette vidéo qui propose là un parallèle très intéressant entre deux disciplines liées à l'Aïkido.

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Arts martiaux, #Vidéos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article