Bilan 2019 - L'humain, au-delà de nos limites

Publié le 31 Décembre 2019

La team Kuroba (Photo : Aiki-kohai)

La team Kuroba (Photo : Aiki-kohai)

Certaines années d’activités du blog sont propices aux bilans et d’autres non. L’année 2019 est un instant de pratique atypique dans la mesure où j’ai multiplié les difficultés personnelles sans pour autant diminuer mes heures de pratiques.

En 2019 j’ai également souhaité maintenir l’ensemble des parutions inédites sur le blog, sur Dragon Magazine, sur Yashima et sur d’autres médias ponctuels où j’ai la chance de pouvoir m’exprimer. Même avec parfois un peu de retard, j’ai assumé l’ensemble de mes engagements afin de continuer à produire du contenu qualitatif.

2019 est également la première année où j’ai organisé moi-même un stage caritatif au profit exclusif de l’Association Française de l’Atrésie de L’œsophage. Cet événement à réunit une dizaine de club d’Aïkido et différents professeurs. Afin de compléter la cagnotte, j’ai également participé et fait couvrir la course des héros Parisienne.

Sans diminuer la cadence, j’ai également dû changer d’emploi et j’ai entamé la longue transition qui va de l’élève vers l’enseignant en co-créant ensuite mon propre dojo avec une des enseignantes que je suis depuis longtemps et quelques amis. Nous sommes littéralement partis de rien et il a ainsi fallu trouver une salle, créer un site internet, des visuels, participer à des forums d’association, faire des démonstrations, communiquer et gérer l’administration…

Bien entendu, cet engagement n’a pas été sans conséquence. J’ai dû faire des choix. Moins de sommeil, moins de disponibilités, moins de récupération. Ces choix se sont lourdement fait payer en fin d’année où je suis tombé malade. Après avoir lutté pour me maintenir sur les tapis, j’ai dû accepter le fait que non, nous ne sommes que des êtres humains.

Peu importe les belles images. Peu importe pour ceux qui essaient avec les meilleures  intentions d’inspirer leurs pairs. Peu importe les exploits qu’on peut observer sur les vidéos, les photos, les réseaux sociaux, notre temps passé ici-bas est précieux et dans la faiblesse, la maladie, les difficultés les plus graves, nous sommes tous semblables.

Lorsque j’ai compris que je ne me sortirais pas de mon infection pulmonaire facilement et qu’il faudrait, sans m’arrêter de travailler, stopper temporairement d’aller sur les tapis, j’ai dû accepter cette évidence certaine.

Alors bien entendu, je pourrais mettre en avant le fait que j’ai continué à produire des articles, à travailler avec mon ostéopathe sur de nombreux exercices, à venir à l’école des cadres quand cela était possible, à faire quelques visites anecdotiques dans mon dojo pour faire mitori geiko mais les faits sont là : j’ai dû m’arrêter.

Et ce n’est pas grave.

Je n’ai jamais souhaité être un modèle pour les pratiquants, juste un débutant dans la masse. Même si j’ai la volonté de « devenir bon » (malgré la subjectivité totale d’un tel objectif dans notre discipline que décrit très bien Germain Chamot), je n’ai jamais eu l’envie d’être LE meilleur, le plus fort ou encore le parangon d’un quelconque idéal technique ou moral. Si je suis persuadé qu’il est important d’avoir des « modèles » auprès de qui s’inspirer, se motiver et se dépasser, je n’en demeure pas moins lucide. Nos modèles sont également des humains avec leur caractère, leur égo, leurs motivations personnelles et leurs faiblesses.

Idéaliser nos modèles de vie et croire en leur invincibilité, c’est aller au-devant d’intenses désillusions. Rien n’est plus néfaste que d’avancer dans l’inconnu mais nous devons le faire impérativement pour notre survie. L’immobilité c’est la mort. Cette avancée doit toutefois se faire en étant pleinement conscient du chemin, de nos choix et non sous influence.

Parfois, se croire invincible en imitant le maître qui semble invincible, c’est se tromper. Notre responsabilité personnelle face aux gens qui peuvent nous imiter est immense. J’en ai pris conscience en devenant père. J’en ai compris aussi la profondeur en tentant actuellement d'apprendre à enseigner. Lorsque j’ai présenté, très modestement, mon premier cours, j’ai saisi à la fois l’impact de que je présentais mais mon devoir de le faire honnêtement et sans céder aux sirènes de l’efficacité ou du spectacle.

Me reposer m’a fait également prendre conscience de la vacuité d’une course à l’activité, sans une respiration, sans une pause, en tentant vainement d’adopter un comportement qui n’apporte aucune saveur à la passion qui m’anime. Etre en vie, avoir la santé, pratiquer, sont des cadeaux inestimables dont il n’est pas nécessaire de s’abreuver jusqu’à la noyade pour en saisir le goût.

Alors pour 2020, je suis bien sûr de retour, courant après le temps et les heures perdues dans les transports pour permettre à mon corps le bonheur de faire de l’Aïkido. C’est le moins que je puisse vous souhaiter.

Les prochains projets arrivent très vite, et je suis déjà très fier de vous inviter encore une fois à la deuxième édition de l’Ukemi Solidaire au Dojo des Guilands à Montreuil. Hélène Doué (5ième dan, DFR de la Région Normandie) et Alma Noubel (4ième dan) me font l’amitié de venir co-animer un stage 100% féminin toujours au profit de l’A.F.A.O.

Le stage demeurant ouvert à toutes et tous, j’espère que vous serez nombreux à venir nous rejoindre pour ce moment très important pour les enfants malades. Je lutte tous les jours avec mon fils mais je ne suis pas le seul et c’est indispensable de faire savoir que d’autres familles sont moins chanceuses que la mienne.

Les arts martiaux d’aujourd’hui ne sont pas faits pour montrer à quel point nous sommes forts, puissants ou habiles mais bien pour savoir donner.

 

PS : Comme en 2019, ceux qui ne peuvent pas venir (ou sont trop loin) sont invités à participer à la Cagnotte en ligne dont le lien se trouve ICI :

Cette cagnotte sert également à financer ma participation à la Course des héros 2020 qui est évidemment au profit de l'A.F.A.O.

Bilan 2019 - L'humain, au-delà de nos limites

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Actualités-Nouveautés, #Ukemi Solidaire, #Pratique de l'Aïkido

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article