Voeux 2018 : Mon senseï de deux mois et demi

Publié le 2 Janvier 2018

Voeux 2018 : Mon senseï de deux mois et demi

Je suis particulièrement attaché aux vœux formulés par mon entourage. Il y a ceux qui transmettent à tous une formule générique et ceux qui sont attachés à communiquer leurs projets pour l'avenir.

A titre personnel, je suis toujours plutôt de celles et ceux qui font le bilan sommaire de mon aventure 2017 en regardant surtout le moment présent.

A l'heure actuelle, je dois donc avouer que celui qui m'apprend le plus sur les arts martiaux est...mon fils de 2 mois et demi.

Né avec une maladie rare, hospitalisé depuis sa naissance, je le vois se battre pour respirer, pour se développer et pour vivre. Même dans les moments les plus difficiles de son début de parcours, je ne l'ai jamais vu sans un sourire immense ou un regard plein de joie pour son entourage familial ou médical.

Abandonner n'est même pas dans son logiciel initial (celui que nous avions tous à la naissance malgré nos différences) alors pourquoi sommes-nous devenus moins bons que ce que nous étions en vieillissant ?

Si je n'avais qu'un vœu à formuler pour cette nouvelle année sur les tatamis, c'est que mes lectrices et mes lecteurs prennent tous du recul sur leur situation de pratiquant avec les ratages, les progrès, les regrets, les excuses et les justifications qui vont avec.

Comme vous le savez je continue d'assurer toutes mes publications sans retard, j'assume toutes mes recherches, je trouve quelques heures pour passer au dojo chaque semaine et je consacre un peu (trop peu il est vrai) de mon temps pour mon entrainement personnel et mes projets en cours. 

Tout cela va continuer en 2018 avec le sourire (parfois difficile je l'assume) et je vais continuer de partager avec vous mes découvertes, mes interrogations, mes observations, mes travaux et mes erreurs de mon coté. Vous êtes depuis le début de cette aventure de 5 ans, plus de deux fois le nombre total de nos pratiquants Français (les deux fédérations confondues) à passer sur le blog, je peux donc légitimement penser que je demeure utile comme à mon premier article.

Evidemment, je souhaite demeurer honnête, sans langue de bois ou corporatisme.

Loin de moi l'idée d'en tirer une fierté ou l'envie d'être un exemple, je souhaite simplement vous dire que moi, le minuscule kohaï expert de rien du tout, référence de rien, j'arrive à trouver le chemin dans cette situation, alors je suis sur que vous le pouvez toutes et tous.

Ce n'est pas si difficile en réalité :-)

Je vous souhaite de réussir pour 2018.

Continuer de partager la joie sur les tapis

Continuer de partager la joie sur les tapis

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Arts martiaux, #Actualités-Nouveautés, #Pratique de l'Aïkido

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Yannick 10/01/2018 15:43

Bonjour,
étant le papa d'une petite fille née avec une grosse malformation cardiaque, je ne peux qu’être touché par votre billet.

Je suis de tout coeur avec vous.

Yannick.