La stabilité des hanches en Aïkido et Taï no Henko

Publié le 31 Mars 2017

 Hiroshi Tada et Danilo Chierchini pratiquant Taï no henko, Rome,1968 (source : Aïkido Italia Network)

Hiroshi Tada et Danilo Chierchini pratiquant Taï no henko, Rome,1968 (source : Aïkido Italia Network)

Un lecteur m'a fait découvrir il y a peu Bruno Bandelier, le prof de Karaté du Net. Je dois avouer qu'au départ, la simple évocation d'enseigner quelques principes de cette discipline en vidéo m'a fait sourire (et je pense que je ne serai pas le seul).

Mais...au détour de certains des thèmes abordés, je suis tombé sur celle que je vous présente ici car elle dispose du mérite certain de m'avoir fait réfléchir sur la stabilité des hanches en général, le taï no henko, et la stabilité concernant l'exécution technique pour Aïkido en particulier.

Bruno Bandelier y expose (parfois de façon très...naturelle) quelques principes simples pour expliquer la séparation claire entre l'utilisation de la hanche et mobilisation de l'énergie venant du hara (le centre, traditionnellement situé deux pouces en dessous de l'estomac pour des raisons trop longues à vous décrire ici) et non du bassin.

Le principe du Gyaku tsuki tel qu'expliqué dans la vidéo pour le Karatédo possède également quelques points identiques avec le fameux positionnement Gyaku hanmi de l'Aïkido.

Pour ceux qui ne connaissent pas la notion de Taï no henko si chère au fondateur (même si je suis certain que beaucoup de débutants pratiquent des exercices de Taï No Henko sans savoir de quoi il s'agit ni pourquoi ils le font), je vous invite notamment à visionner d'autres vidéos comme celle de Morihiro Saïto (proposée par l'Aïkido Journal) qui explique la chose plus en profondeur.

Le travail de taï no henko permet, en Aïkido, de sentir justement cette différence entre énergie et stabilité comme l'évoque le vidéocasteur même si cette explication n'est pas destinée à la base aux Aïkidokas. Si le centrage part en effet du bassin, un débutant comme moi a justement du mal au départ à "ressentir" cette distinction entre un mouvement qui va débuter en s'appuyant sur les hanches et un mouvement qui part du "centre" proprement dit parce qu'un travail profond est effectivement utile pour en prendre conscience et gagner en stabilité dans l'ensemble du corps.

Je ne vais bien sur par donner de conseils techniques à mon humble niveau mais il me semble également à ce jour que toute la stabilité de l'Aïkido ne repose pas sur les pieds (qui doivent être légers et non ancrés) ou sur les mains (qui doivent être pesantes) mais bien sur cette connaissance intime du centre et sur son utilisation comme pivot pour le reste de la construction du corps à travers une technique.

Au delà de ce visionnage que je juge donc, pertinent (et oui, les vidéos ne sont pas toutes des aides-mémoires ou des démonstrations), je vous invite à creuser le sujet en utilisant ce lien très complet et d'autres ouvrages illustrant les principes de bases.

Et si certains s'intéressent également aux "origines historiques" du Taï no henko, il est souvent dit (mais je ne vais m'aventurer plus loin sur ces conjectures) qu'il s'agit également d'un mouvement destiné à empêcher la sortie complète du sabre et donc un moyen de contrôle du partenaire autant qu'un exercice destiné à équilibrer le corps.

Dans tous les cas, je vous souhaite une bonne recherche :-)

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Vidéos, #Actualités-Nouveautés, #Pratique de l'Aïkido

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article