La sélection kohaï des vidéos du 53ième All Japan Aikido

Publié le 25 Juillet 2015

Source : Seido/Budo export (merci à eux et notamment Jordy et son équipe)

"Fais usage de ce vieil homme pour t'aider à atteindre tes objectifs". C'est ainsi que Moriheï Ueshiba, fondateur de l'Aïkido finit par se laisser convaincre par son fils Kisshomaru du bienfondé de démontrer à tous l'essense de son art martial.

Même s'il est de notoriété publique que cette décision fut acquise de longue lutte après de son père, il est bien évident que ce fut une bonne décision.

Car sans elle, vous et moi, aujourd'hui, ne pourrions admirer sans cesse les prouesses martiales d'experts telles que l'avenir de la discipline aura du mal à produire de nouveau. Les démonstrations du Centre Commercial de Takashimaya, du Ministère de la Défense à Akasaka et quelques très rares autres mettent en place peu à peu un format dit "classique" de la démonstration en Aïkido à travers lequel vont naître d'importants événements perdurant jusqu'à nos jours et particulièrement le très attendu "All Japan Aïkido Demonstration".

 

O Sensei au Takashimaya

Démonstration du fondateur en 1956 au Centre Commercial Takashimaya

(source : Guillaume Erard, merci à lui)

 

La première édition du "All Japan Aïkido Demonstration" (AJAD) a lieu le 5 mai 1960 au Yamano Hall de Shinjuku. On peut dire de l'événement (en simplifiant pour mes amis kohaïs) que c'est la "grande méga fête" du centre mondial de l'Aïkido (l'Aïkikaï) et de tous ses dojos japonais affiliés. C'est LE premier événement de l'Aïkido Japonais. Ce premier opus accueille à l'époque pas moins de 150 experts.

Les plus scientifiques d'entre mes lecteurs vont me dire aussitôt : cela fait maintenant 55 ans et cette année (en 2015) et pourtant c'est bien le 53ème AJAD ?

Oui, oui, vous ne rêvez pas. J'ai cru comprendre que cette exhibition avait connu quelques aléas à ses débuts et l'explication exacte n'est pas en ma possession mais il semblerait (un grand sorcier d'un célèbre magasin japonais me soufflant parfois quelques prédictions vaudoues) que l'AJAD ne se tenait pas systématiquement tous les ans au début.

Bref.

Après quelques changements de lieux (d'abord le Yamano Hall, puis le Hibiya Kokaido) et aléas sus-mentionnés, la démonstration annuelle de l'Aïkido du Japon a lieu maintenant et depuis 1977 au célèbre et gigantesque Nippon Budokan (日本武道馆) dont les 14 000 places (et des brouettes) sont prévues à l'origine pour accueillir les arts martiaux (notamment le Judo) présentés aux Jeux Olympiques.

Comment se déroule l'AJAD proprement dit amis lectrices et lecteurs ?

Tout un après-midi, les démonstrations durent très exactement trois minutes à l'exception notable de celles de Moriteru Ueshiba (l'actuel Doshu), son fils Mitsuteru (waka sensei) et Hiroshi Tada Shihan. De même, toutes les démonstrations commencent et se terminent par un coup de tambour Japonais.

Le nombre de Dojos, de groupes, de délégations d'autres pays et d'enseignants officiant sur les 5 tatamis (souvent en même temps) est tellement important qu'il en donne le tournis à un observateur occidental non avisé et surtout aux kohaïs les plus petits qui, comme moi, on bien du mal à s'y retrouver dans le panel des experts présentés. Pire, ce sont toutes des sensibilités différentes de l'Aïkikaï qui officient sous l'oeil vigilant d'une table réservée aux officiels et il n'est pas simple de savoir qui fait quoi si l'on observe cela de France par le biais de la vidéo.

Le billet que je vous propose est donc une petite sélection exhaustive et très personnelle de ce qu'il ne fallait surtout pas rater (selon votre serviteur) en cette année 2015. Attention, je vous rappelle que ces vidéos sont tournées grâce aux bons soins de Jordy Delage et son équipe (Budo Export) dont j'ai sollicité et obtenu l'aimable autorisation pour diffuser et commenter ce panel.

Comme dirait Michel Drucker...Jordy...si tu nous regardes...

A noter aussi que notre ami Guillaume Erard (dont j'emprunte parfois les photos et vidéos et je l'en remercie) couvre également l'événement bien armé de son zoom dévastateur-qui-tue. Vous pouvez également trouver un article plus complet que le mien sur la tenue de l'événement sur son blog bien connu de tous les pratiquants d'Aïkido (traduction possible même pour les habitants d'autres planètes).

Sans ces deux-là et leurs comparses, msieurs, dames, il est évident que presque personne ne saurait exactement ce qui se passe au AJAD (en dehors de quelques voyageurs privilégiés).

Mais sans plus attendre, je vous souhaite un bon visionnage. Vous trouverez ci-joint mes commentaires et les 9 vidéos de ma top liste à savoir :

- Ueshiba Mistuteru  : waka sensei et fils du second Doshu dont vous pouvez trouver des éléments de compréhension dans cet article. A noter à titre personnel que j'apprécie le jeune Mitsuteru pour son dynamisme et son suwari waza exceptionnel. Son petit surnom chez nous c'est "genoux d'acier". De nombreuses vidéos montrent également son Aïkido puissant qui à tendance à s'affiner peu à peu pour notre plus grand plaisir. Sa démonstration du cru AJAD 2015 montre pour ma part quelque chose de légèrement différent de la pratique son père, un petit quelque chose de plus intuitif que technique.

- Tada Hiroshi Shihan  : l'un des derniers élèves du fondateur encore en vie et pionnier de l'Aïkikaï d'Italie. C'est LE maître par excellence et il en impose sacrément. Comment ne pas apprécier la technique puissante d'un homme dont les 85 balais sont bien tassés et qui continue de nous émouvoir ? Vous trouverez plus d'éléments sur le parcours de Tada Shihan dans beaucoup d'endroits de la toile et sur cet article. Vous aurez également le plaisir de lire prochainement mon compte rendu de sa visite exceptionnelle en France en fin juillet 2015.

- Yasuno Masatoshi shihan  : l'un des plus proches élèves de Yamaguchi senseï et le gardien du "Yamaguchi style" que j'apprécie beaucoup. Vous trouverez des éléments de compréhension sur cet enseignement dans cet entretien sur un de ses élèves.

- Yoko Okamoto shihan  : appellée la dame de Kyoto, je la positionne en "tête de gondole" de ma sélection kohaï pour la bonne et simple raison qu'elle possède un style que j'estime à ce jour être la parfaite combinaison de mes petites recherches, à savoir un alliage parfois paradoxal entre dynamique et sensibilité. A noter qu'elle fut formée sous l'influence d'un certain...Christian Tissier shihan et dans la lignée de Yamaguchi shihan. Son expression de l'Aïkido est et demeure un travail subtil de contact rigoureux et d'une très grande précision. Vous trouverez des éléments sur elle dans cet article du blog. Guillaume Erard lui a également consacré un magnifique reportage que je vous invite à compulser pour en savoir plus.

- Kuribayashi Takanori Shihan  : technicien hors pair que je connais, je l'avoue, depuis peu et que j'appelle "chauvinou" pour me repérer. Je ne suis d'ailleurs pas certain que ce senseï soit très connu en France mais c'est à confirmer car il est déjà venu en France. Là encore il s'agit d'un Aïkido très dynamique, précis, fluide reposant sur la base d'une pédagogie très construite et la souplesse dans l'action en général. Pour ma part, j'apprécie ce coté gentil bulldozer et ses placements ultra millimétrés. On sent également dans l'expression de l'Aïkido de Kuribayashi Shihan toute l'influence du second Doshu dont il fut l'un des derniers élèves directs comme le rappelle cet article et surtout celle de Yamaguchi sensei à mon avis. Vous trouverez également beaucoup d'informations sur lui dans cet article " méa culpa " de Léo Tamaki. Décidement, le combo d'une formation Kisshomaru/Endo/Yamaguchi est une machine à créer des géants très ouverts.

- Suganuma Morito shihan : proche d'Endo shihan mais en moins éthéré, l'Aïkido de Morito Shihan me fait penser à un alliage fin entre la rigueur et la sensibilité pure. Ce grand habitué des démonstrations apprécie toujours de nous démontrer quelques techniques favorites qui, notons-le, varient peu entre les différents AJAD. On peut noter également un important travail de contact ou les uke sont parfois extrèmement mobiles dans leur conduite mais je trouve la démonstration plutôt réussie. Et puis, moi je rêve de travailler sous la direction d'un enseignant qui s'appelle Morito..... Plus sérieusement, vous trouverez plus d'informations sur lui sur cet article d'Aïkicam et dans les ouvrages de cet auteur réputé (ses ouvrages consacrés à la santé et l'Aïkido semblent intéressants), grand amateur de zazen et de calligraphie.

- Kanazawa Takeshi shihan  : " minipouce senseï " comme je l'appelle, n'est pas un inconnu pour moi et peut-être pour pas mal de vétérans. C'est, selon mon avis, un remarquable technicien que j'apprécie beaucoup pour son redoutable contrôle de l'axe de ses uke et une tendance positive à " iriminagiser " des gros gabarits. A noter que sur des techniques plus verticales, on a littéralement l'impression que ses partenaires s'envolent lors des démonstrations et c'est hyper propre tout en restant puissant. Aisément, il rentre dans ma top list pour votre plus grand plaisir. Je sais que Gérald l'apprécie également pour l'avoir rencontré comme il l'explique dans cet article de son blog.

- Suzuki Toshio shidoin : dans la catégorie, meilleur espoir masculin, Toshio Suzuki est une bonne référence. Très très peu connu en France et en Europe, je dois sa découverte à Jordy et sa vitesse autant que sa puissance m'impressionnent beaucoup. Il faut dire que Suzuki Shidoin a de qui tenir car il fut souvent uke d'un certain Miyamoto shihan (dont la rigueur et la puissance ne sont plus à démontrer) et notamment lors des démonstrations des WGC 2013. On peut d'ailleurs sentir une filiation technique par certains côté,s bien que Miyamoto shihan possède à mon sens un modus operandi plus direct. Même si ce n'est pas totalement mon style, je sais qu'il pourra plaire à beaucoup d'entre vous et donc...je partage.

- Ito Makoto Shihan : dont la pratique est assez rude mais que je prends souvent en référence pour son shisei impeccable et son maintien significatif. Un exemple pour ceux qui ne se tiennent pas droit mais...un calvaire pour ses uke. Son petit surnom perso pour me repérer c'est Conan mais je suis sûr que vous me direz que j'abuse. A noter que j'avais particulièrement apprécié ses esquives et placements lors de sa démonstration de l'AJAD 2012 

 

Source : Seido/Budo export

Source : Seido/Budo export

Source : Seido/Budo export

Source : Seido/Budo export

Source : Seido/Budo export

Source : Seido/Budo export

Source : Seido/Budo export

Source : Seido/Budo export

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Vidéos

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article