L'oeil du débutant sur : Les articles du HS Aïkido N°6

Publié le 1 Décembre 2014

Mon régime Alimentaire de cet hiver (source : Aïki-kohaï)

Mon régime Alimentaire de cet hiver (source : Aïki-kohaï)

Je suis pas critique littéraire et je ne suis pas non plus lettré ou journaliste d'investigation. Mais il était temps je pense d'inaugurer cette petite rubrique car il me semble que l'univers des arts martiaux tout entier l'attendait...

...Nan, je déconne. Tout le monde se fiche de mon avis ;-)

Cependant à la lumière de l'analyse d'un enfant d'une dizaine d'année, grand débutant sur les tatamis et lecteur de mon blog, qui m'a dit il y a peu : "Pourquoi est-ce qu'il n'y a pas d'Aïkido pour les nuls ?" que j'ai compris qu'on allait rater la chance d'offrir des éléments de l'Aïkido à quelques générations qui sont déjà là si personne ne parle à un kohaï comme un kohaï.

Je me suis donc dit qu'après tous ces livres, tous ces articles, toutes les analyses techniques d'éminents maîtres respectables que je salue bien et de tous ces fous furieux rédigeant à destination d'un public bien avertit de connaisseurs qui comprennent évidemment de quoi on cause...et bien il serait utile de rendre tout cela plus simple pour celui qui vient à l'Aïkido comme on entre chez soit après une dure journée ; c'est à dire en poussant la porte. Sans a apriori, sans complication, sans fioriture, sans préjugé. On y va juste parce qu'on pense s'y trouver bien, parce que c'est ce qu'on aime et qu'il y a ce qu'on aime.

En bref, je souhaitai donc "simpliformer" l'information autour de l'Aïki par cette petite rubrique non pas pour que les nouveaux s'en contentent mais comprennent pourquoi il y a un intérêt à aller chercher plus loin que la page wiki.

Et quoi de mieux pour débuter que de parler non pas du dernier bouquin méga perché du sensei Y ou X mais plutôt d'un magazine ?

Oui, j'ai bien dit un magazine.

Mais quand on pense à magazine sur les arts martiaux on pense immédiatement à ces couvertures rouge pétante avec des mecs body buildés en train de faire le grand écart à l'envers sur des monsters trucks tout en effectuant des push up à contrejour.

Et pourtant il y a bien des magazines qui traitent sérieusement de l'Aïkido. Celui dont je veux un peu parler s'appelle Dragon Magazine qui édite des "hors séries spécial Aïkido" avec la collaboration de Léo Tamaki en rédac'chef (j'espère qu'il a des grosses lunettes et une fausse moustache quand il vient au bureau) et de nombreux experts de toutes les écoles et de tous les courants. Il y a dans ce "mag" des articles, des interviews, des petits reportages bref, c'est très complet.

Dernièrement, j'ai l'impression que chaque contributeur travaille sur des thèmes proposés en tentant de clarifier et d'expliquer cela pour le grand public ce qui est fort bien pour les kohaïs et même les non pratiquants qui s'intéressent à l'Aïkido.

Je suis ces hors séries depuis le numéro un mais pour ne pas faire un inventaire inutile je vais tenter de vous donner mon avis sur le numéro 6 travaillant sur les thèmes de Musubi et d'Awase.

Awase et Musubi en Aïkido? Koissa ?

A chaque fin de ces nouveaux numéros, je me demande toujours la même chose que lorsque je sors d'un cours ou d'un stage. As-tu compris de quoi on parle ? En l'occurence, les hors séries Aïkido sont plutôt pas mal car les styles et les écoles sont tellement multiples qu'on trouve forcément un maître qui trouve les mots pour vous faire comprendre ce dont on va traiter dans le numéro.

Pour le thème d'Awase et de Musubi du numéro 6, après avoir lu attentivement la totalité des articles, je pense que je retiendrais pour ma part ceux de Philippe Grangé, Daniel Toutain, Alain Tendron et Malcom Tiki Shewan. Pour celui qui cherche d'ailleurs à résumer le thème du numéro en quelques phrases, l'article de Philippe Grangé est tout désigné et je l'ai particulièrement aimé pour cela. On y trouve ce qu'on cherche pour un kohaï, c'est à dire une définition basique : "Awase veut dire s'harmoniser avec l'attaquant, Musubi veut dire établir une connexion avec l'attaquant".

Je n'ai pas énormément souvenir de discussion autour de ces thèmes avec mes maîtres mais à la lueur de ces définitions je me rends compte qu'en réalité, nous pratiquons très souvent des exercices qui développent ou tente de développer ces qualités indispensables à notre pratique. Comme dirait Philippe Grangé senseï, "Awase est la première action", il s'agit de ne pas gêner l'attaque, de ne pas bloquer mais bien de faire corps avec le rythme de celle ci et de trouver une sorte d'harmonie avec son partenaire qui permet d'entrer ensuite en connexion avec lui et de trouver un chemin où "le guider gentiment vers la non-violence". Je précise que je ne connais pas personnellement maître Grangé alors j'ai bien le droit de dire que ce sera mon article préféré de ce numéro. Sa compréhension est immédiate, claire et, comble de joie : illustrée. Cela donne tout de suite envie d'aller essayer avec ses proches un peu d'awase.

J'ai également apprécié Daniel Toutain et Malcom Tiki Shewan pour leurs appréciations plus techniques et concises typique de l'expert aux armes avec une mention spéciale pour la notion de Mushin décrite si bien par Malcom. Mushin est l'esprit libre, la pensée très socratique que "nous ne connaissons rien sur le plan pratique" à notre discipline pour mieux l'observer d'un oeil neuf et détecter ce qui nous bloque, nous amenant ainsi fatalement à nous interroger sur la notion d'awase puis de musubi.

 

Awase et Musubi dans d'autres disciplines

Les articles de Marco Pinto, David Constant et Germain Chamot sont des exemples de ce que vous pouvez également trouver dans ce numéro qui traite d'awase et de musubi sans parler uniquement d'Aïkido. On sent là affectueusement "la pâte" du rédac'chef qui aime à chercher et fouiller d'autres styles pour garder un certain recul sur ce qu'il fait (jdis ça, jdis rien). Ces articles  sont également intéressants pour les kohaïs car ils nous apprennent pour ceux qui peuvent l'ignorer que de nombreux "ponts" existent entre toutes les disciplines qu'ils soient "do", "jutsu" ou carrément autre chose. Remerciements spéciaux à ce propos pour l'article de Germain sur l'harmonisation dans le Shiatsu que j'ai trouvé particulièrement pertinent.

J'ai notamment apprécié ce regard de Shiatsuki (qui est non pas un méchant tsuki d'un praticien du Shiatsu mais bien un pratiquant de shiatsu tout court) sur l'importance de ne pas perdre le sens de ce qu'on fait en robotisant nos gestes. Cela nous rappelle également qu'il faut "nous débarasser de notre désir de réussite, pour se parer du désir d'harmonie".

Bien belle phrase que celle là n'est ce pas ?

 

Harmonie et connexion en dehors des tatamis

Pour ne pas bouder mon plaisir, j'ai notamment pu trouver dans ce numéro des articles qu'un lecteur de magazine lambda amateur de l'asie peut trouver tout à fait complet et intéressant. Je veux bien sur parler de l'article de Léo Tamaki sur Hokusaï et l'exposition actuellement en cours au Grand Palais jusqu'au 18 janvier. Je suis personnellement plus familier de la pinacothèque et d'Hiroshige mais il faut préciser que cette expo à du panache et cela fait un bien fou de voir un long pan de culture au milieu de toutes ces réflexions martiales. Je sais que les kohaïs comme moi aime aussi les articles très concrets sur l'artisanat japonais de Jordy Delage et même si son article sur la fabrication des bokuto reste encore mon préféré, celui de ce numéro sur la disparition de l'artisanat traditionnel est plutôt sympa. Je dois dire également que ces types d'articles dits "néophytes" (on peut aussi mentionner celui sur la voie du Potier de Jérémie Logeay) sont une vrai bouffée d'air frais et rendent plus agréable la lecture des articles techniques consacrés à l'Aïkido proprement dit. Il est vrai sur ce point que les premiers numéros étaient plutôt denses et je trouve que le mélange des dernières maquettes est plus équilibré.

 

Une forme qui prend du sens

Les premiers numéros de ces petits hors-séries Aïkido étaient souvent pointés du doigt dans mon, entourage pour quelques petits problèmes de mise en place, de coquille et d'organisation générale. Il est vrai qu'on oublie facilement que ce type de magazine, bien de disponible partout, n'est pas ce qu'on peut appeler un truc usiné comme la presse traditionnelle. Rappelons aussi que les contributeurs sont, il me semble, bénévoles et donnent généreusement leurs connaissances et leur savoir. C'est donc avec un regard parfaitement bienveillant à la base que je constate malgré tout un effort constant sur la rectification de tous ces petits détails et sur la clarification des thèmes. Cela, je pense, ne troublera pas grand monde dans l'ensemble mais je le dis pour les plus pointilleux, ce magazine se bonifie donc avec le temps comme le bon vin (et autres spiritueux dont je tairais par pudeur les noms).

Minuscule bémol, il demeure à mon sens parfois difficile de comprendre l'enchainement des thèmes proposés même si je sais le soucis constant de résoudre ce genre de problématique lorsqu'un thème est donné et les contributions diverses. Parfois, on peut ainsi avoir l'impression de sauter du coq à l'âne au premier abord ce qui peut s'avérer déroutant mais rien de plus. Je ne crois d'ailleurs pas avoir eu ce ressenti sur ce dernier numéro en particulier.

Enfin, mon humble avis de kohaï serait peut être de diminuer les articles traitant du thème proposé cette semaine pour laisser un peu de place à des rubriques récurrentes qu'un lecteur pourrait être heureux de retrouver. Une chronique comme celle qu'on trouve dans Karaté-Bushido (un autre magazine martial fort connu) est par exemple plus que bienvenue et attendue. Bien sur, cela oblige alors certains contributeurs et je comprends la difficulté de mise en place dans les conditions que j'évoquais plus haut.

 

Mon avis en bref ?

Soyez curieux et jetez un oeil. Certains sont effrayés par la couverture et d'autres par les publicités mais il faut dépasser cela. Comme je le mentionne en préambule, tous les courants de toutes les familles de l'Aïkido sont globalement présents alors pourquoi se priver ? Pour un kohaï qui débute, cela permet aussi de se plonger facilement et rapidement dans certaines problématiques techniques ou plus philosophiques et c'est assez sympa. Tout ne plaira peut être pas bien sur et c'est bien normal. Croyez bien que même avec mon bagage martial maigrelet, il peut m'arriver d'être un peu circonspect sur tel ou tel aspect mais c'est ce qui fait qu'on s'enrichit également de différentes pratiques. D'ailleurs, je débute toujours ma lecture du numéro par le contributeur dont le nom ne me dit absolument rien.

Parce que l'Aïkido ne se vit pas uniquement sur le tatami, cet hiver, faites donc comme moi, mangez un max de fruit pour avoir de l'énergie à l'entrainement (plutôt que la grippe) et prenez le temps de faire un peu de lecture martiale.

Je vous laisse avec mes citations simples et claires retenues pour ce numéro et qui font  la synthèse pour moi de celui-ci :

Philippe Grangé "Katate dori tenkan est le premier exercice qui sert à appréhender l'art d'awase et de musubi"

Daniel Toutain :" Au fur et à mesure de la progression, il paraït évident que la compréhension ou plutôt la maître d'awase et de musubi passe par la capacité à les appliquer d'abord à soi-même, pour espérer être en harmonie et en paix avec les autres"

Jean-Marc Chamot "Le premier but d'Awase,vise à guider uke avec comme pré-requis de s'unir d'abord à lui".

 

 

 

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Actualités-Nouveautés

Repost 0
Commenter cet article