L'Aïkido de Paris 8 doit rouvrir ses portes

Publié le 6 Octobre 2014

LE Maaaaaaître mais...de dos (je ne voulais pas trop le fâcher) Photo Zoé Dumond/Fabrice Rios

LE Maaaaaaître mais...de dos (je ne voulais pas trop le fâcher) Photo Zoé Dumond/Fabrice Rios

J'ai découvert l'Aikido grâce à Eric Jalabert en 2002/2003.

Depuis plus de 20 ans, Eric officie scrupuleusement et pourtant sans bruit ni pub à la section d'Aikido de l'Université Paris VIII Vincennes/St-Denis.

La section d'aïkido de P8 a en effet vu le jour en octobre 1992 dans le but premier comme l'écrit senseï "d'initier les pratiquants à cet art martial, et de les encourager à s'inscrire dans des structures de clubs de leur choix afin de se perfectionner."

On peut dire que c'est plutôt réussi en ce qui me concerne car, même si j'ai dû arrêter ensuite l'Aïkido pendant quelques années, jamais je n'ai pu m'éloigner de son évolution jusqu'à ma reprise totale en 2013. Grace à lui (ou bien à cause de lui dirait parfois ma femme), le message d'O-Senseï n'a plus quitté mes pensées.

La Section P8 est d'ailleurs une sorte de mission de l'Aïkido à elle seule. Ce n'est pas un Dojo, c'est un temple de l'ouverture, du mélange, de l'assemblage, de la différence et de l'acceptation de cette différence.

C'est pour moi l'antichambre de mon propre et humble chemin.

Comme le mentionne d'ailleurs Eric (je le cite encore une fois) : "La spécificité d'une section d'aïkido universitaire à St-denis consiste en un brassage et un passage d'élèves au cours de l'année et au fil des ans. L'apport d'anciens pratiquants d'autres universités, clubs et styles de travail constitue une richesse, une diversité. Ce "melting pot" est un peu à l'image de mon parcours d'enseignant."

Et effectivement...

On croise de tout à P8, du Hakama de tous les clubs comme du Kohaï de tous les pays et de tous les horizons. Je me rappelle de ces cours où sur le tatami se cotoyaient (sans parfois parler un mot de Français) la chine, le japon, les USA, le canada, l'irlande, le brésil et le sud-ouest de l'hexagone. C'est un peu comme une boite de chocolat dirait Forest. On ne sait jamais sur quoi on va tomber et c'est très bien comme cela car on y est heureux dans le mélange à l'image du senseï qui est lui même une sacré recette.

Après 15 ans de judo, presque 30 ans d'Aikido et un passage par le Kinomichi en 2000 au Korindo Dojo sous la direction de Noro Masamichi Shihan, notre Eric est plus que vétéran mais je sais qu'il rechigne toujours à se mettre en avant (ce qui est bizarre d'ailleurs, c'est que ses élèves, pour ceux que je connais fort bien, sont un peu tous comme ça).

Qu'à cela ne tienne, cette fois, je ne pouvais pas faire autrement que lui faire de la publicité et montrer un peu sa bobine (j'espère qu'il va me pardonner) car je sais (et j'espère) que ses cours reprennent bientôt après un arrêt assez long pour des travaux d'aggrandissement et de renovation dans tout le Dojo qui double maintenant sa surface.

Je me rends compte aujourd'hui chaque fois que j'enfile mon Gi que j'ai eu une chance énorme de découvrir cet oiseau rare, que je suis un sacré fayot de dire cela mais que je l'adore, et que je dois transmettre cette chance à mon tour à d'autres kohaïs qui viendront se faire martyriser dans la joie eux aussi !

Alors mardi 7 octobre à 18h, à l'université de P8 à St Denis (et si vous êtes étudiants ou enseignants de l'université of course)...

...Venez nombreux !

Dès que je trouverais le temps en ce qui me concerne, je viendrais aussi m'y inviter :-)

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Pratique de l'Aïkido

Repost 0
Commenter cet article

Eric JALABERT 06/10/2014 17:42

merci, merci, Disciple...!!!! mais ATTENTION: les cours ne sont autorisés que pour les étudiants, enseignants de la fac, et occasionnellement anciens étudiants et amis...

Aïki-Kohaï 06/10/2014 18:38

Oui Oui ! Bien sur sensei ! Mais je sais que certains sont des lecteurs/lectrices du blog alors j'espère que cela les incitera. Quand aux autres, ils viendront à l'occasion et ils en parleront c'est bien là l'essentiel.