L'été martial et le Kohaï désoeuvré

Publié le 11 Juin 2014

Le Tonnerre de Brest en pratique (Source : Bruno Le maître et l'un de ses uke, shunfukan, AikidoBrest.com)

Le Tonnerre de Brest en pratique (Source : Bruno Le maître et l'un de ses uke, shunfukan, AikidoBrest.com)

Alors que l'été (à défaut du beau temps) arrive en irimi, je me dois de faire face comme la plupart des pratiquants à cette période étrange qu'on appelle en chuchotant le soir au coin du feu : "La période estivale" (prenez une voix grave de Bande Annonce et répétez le plusieurs fois puis vous comprendrez que cela fait peur...).

En effet, nous sommes nombreux à nous retrouver là, comme ça, sur le carreau (snif) et il faut bien laisser à nos senseïs une vie sociale et du repos (et en prendre aussi). Cela dit, en bon kohaï de carcassonne (dans le kentucky, comme mon maître, private joke inside), je ne pouvais si aisément me laisser aller à l'oisiveté et je commence déjà à m'organiser un planning de stages et de cours en extra un peu partout en Ile de France.

Je souhaitais donc appronfondir ce sujet (très) épineux avec vous : comment optimiser l'été lorsqu'on est Aïkidoka et qu'on veut continuer à sankyoter tranquillement ? Comment s'organiser pour ne pas revenir à la rentrée à l'état de méduse de plage ? Comment survivre à vos vacances en famille tout en continuant à s'entrainer joyeusement ?

Tout d'abord, sachez que la sieste n'est pas une fatalité et que des solutions existent !

-Les cours : Et oui ! Il existe certains dojos (l'ACT, le Kodokan, le CMOM de Morangis etc...) qui ouvrent pendant une bonne partie de l'été et parfois, il y a même des cours gratuits (je pense au dojo Porte de Charenton). Les pratiquants ne doivent pas hésiter d'ailleurs à demander à leurs enseignants si leur dojo est ouvert. Parfois, c'est bête mais on pense que nos senseïs souhaitent... se reposer (le mot interdit) alors qu'il n'en est rien et en réalité, la solution est toute trouvée car elle se trouve sous nos yeux.

Pour ceux dont le dojo n'est pas ouvert il y a également la possibilité de se renseigner sur le net. Des forums spécialisés existent et recensent les Dojos d'été (je pense au sujet sur le Forum Aikido Idf de la FFAAA notamment) et évidemment il existe des dojos ouverts l'été pour nos deux fédérations et au delà (le Dojo Kobayashi est ouvert l'été il me semble). Cela peut être d'ailleurs l'occasion pour certains pratiquants d'élargir leurs horizons.

Je précise que les dojos d'été existent et sont ouverts dans toute la France et pas seulement Paris intra-muros. Le D.A.N (Dojo d'Aikido de Nantes que je salue) est ouvert pendant l'été par exemple ou bien le Dojo d'Ugine en Savoie.

- Les stages : De nombreux clubs organisent des stages d'été (je pense à l'ACT de Bernard Palmier notamment, au cercle etc...) ou du moins pendant la première partie de l'été. Pour une somme modique et variable (que vous auriez dépensé en chouchous et glace à l'eau de toute façon), le pratiquant à la possibilité de continuer à pratiquer l'Aïki. Cela lui permet également de découvrir d'autres senseïs, d'autres dojos et de se sociabiliser tout en allant à la rencontre de nouvelles têtes martiales.

Vous pensez que ces stages d'été se déroulent essentiellement dans des dojos Parisiens à présent moites de sueur ? Détrompez vous !

Il existe également de nombreux stages en province dans des endroits très agréables (je pense notamment au stage intensif de P.Gouttard à Mèze, au bord de l'étang de Thau où mon propre senseï va parfaire son bronzage martial régulièrement). Evidemment, les stages excentrés de vos dojos et endroits habituels coutent un peu plus et demandent une organisation plus importante (surtout si vous avez une vie en dehors de l'Aïki, genre une femme, des enfants et que tout le monde s'en fout de savoir si vous voulez travailler avec Gouttard Senseï sous le soleil exactement).

Kohaïs, sachez toutefois que la variété de stages qui sont proposés est infinie et que nous trouverons bien le stage d'été qui peut convenir dans un endroit proche ou dans un cadre plus sympa. Il suffit de chercher.

-La pratique privée : Il y a parfois des opportunités entre pratiquants de continuer à faire de l'Aïkido. Attention toutefois, vous n'êtes pas couverts par votre licence et il ne faut pas faire n'importe quoi non plus. Passez cette mise en garde, il est tout à fait possible de se retrouver entre amis et/ou avec votre professeur si vous êtes proches. Cela peut être très sympa. En dehors de l'activité physique de l'Aïkido proprement dit, cela peut aussi être l'occasion d'échanges enrichissants. Après, pour les sociopathes et/ou les abandonnés il reste encore la lecture d'ouvrages et/ou la méditation XD. Les plus grands experts martiaux n'ont ils pas découverts l'illumination martiale dans des grottes de montagne ? Attention toutefois aux animaux sauvages et/ou à Bear Grills qui se promènent souvent dans ces lieux retirés...

-L'exil : Pour les plus chanceux et/ou les plus aisés reste enfin LA solution. Quitter la France (ce pays étrange où l'été, on se repose) pour d'autres destinations où l'on pourra pratiquer l'Aïkido et les arts martiaux dans un cadre complètement différent. Attention là aussi aux questions d'assurance. Une fois cette petite mise en garde posée, tout est possible selon vos moyens et vos opportunités.

L'exemple le plus intéressant pour moi est peut être le très connu MASTERS TOUR de Léo Tamaki qui propose un petit séjour au Japon à la découverte du pays, de maîtres réputés et accompagné par Léo Himself (attention toutefois, il faut s'y prendre à l'avance pour réserver sa place car elles sont rares). L'expérience permet dans ce cas d'allier pratique martiale, vacances, voyage et bonne ambiance. Cela fait rêver non ? D'ailleurs, si quelqu'un à des sous à me prêter ou connait un senseï contorsionniste capable d'apprendre à un kohaï facétieux comment rentrer dans un bagage de soute, qu'il me contacte rapidement...


Pour conclure, maintenant que vous savez qu'il n'est pas nécessaire de rester chez vous et/ou sur la plage (il y a de la grèle de prévue à la météo de toute façon) comme un idiot. Qu'attendez vous ? Foncez ! L'été est l'un des rares moments où vous n'avez pas besoin de compiler vos jobs respectifs et les arts martiaux (reste encore la vie de famille cela dit mais ca, ce n'est pas une corvée) alors il faut en profiter malgré tout si vous en avez la possibilité bien sur. Attention quand même à vous reposer un peu et à revenir en forme (je dis seulement un peu car je vois Eric senseï me faire les gros yeux du Kentucky) pour la prochaine saison...

 

Rédigé par Aïki-Kohaï

Publié dans #Pratique de l'Aïkido

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article